Categories:

Scandales, corruption, détournements de fonds, révélations fracassantes… votre journal d’investigation Médialcor enquête sur les affaires sombres de ce coin de galaxie et assure une mission d’intérêt public : vous tenir informé.e.s !

Ces derniers mois le bureau d’ALCOR s’est vu amputé de beaucoup de ses membres les plus essentiel.le.s, de la présidence à la communication. Officiellement, ces départs s’inscrivent dans le cadre de stage d’étude, mais la rédaction de Médialcor s’interroge. Est-il réellement nécessaire de s’envoler aux quatre coins du monde pour calculer trois intégrales, résoudre deux équations ou réduire on ne sait quelles données astrophysiques ? L’appel au voyage est-il suffisant pour pousser nos alcorien.ne.s à quitter leur coupole adorée pour un temps si long ? Si nos voyageurs préfèrent la douceur orcéenne au Tibre latin n’est pas la question ici, il s’agit plutôt de résumer les éléments acquis par nos journalistes d’investigation nous indiquant qu’il y a définitivement quelque chose de louche dans cette histoire.

“Schröd continue à vouloir régner par la frime et l’arrogance.”

Poulpou, assistant de Léopoldine

Départ qui a fait grand bruit ces derniers jours : Schröd le pingouin fou est parti pour Los Angeles accompagné du trésorier Maël. D’après nos informations, les vérifications de la vice-trésorerie n’ont pas révélé de trous dans les comptes, Schröd n’est donc pas en train de s’enfuir avec la caisse avec la complicité de la trésorerie comme il en a pourtant l’habitude. Cependant, un tel départ alors que la guerre des mascottes s’éternise (lire notre article sur le sujet) pose question. Une absence prolongée de la mascotte ne risque-t-elle pas de profiter à sa rivale, la pieuvre Léopoldine, restée à Orsay ? Schröd semble préférer à l’ancrage local faire montre d’une stature internationale et, s’il reste avare de mots, considère qu’une photographie devant les collines de la cité des anges vaut tous les discours.

Schröd devant une très grosse coupole, en fond les montages de la Cité des Anges.

“S’il pense nous impressionner avec ses jolies photos, il se trompe !” confie Poulpou, l’assistant de Léopoldine, à la presse, “Être une mascotte à l’autre bout du monde ça casse un peu le principe”. Sur ce point, il est vrai que Léopoldine apparaît pour les événements importants, dans l’optique de passer pour une mascotte accessible et disponible pour les Alcorien.ne.s. Poulpou renchérit : “Schröd continue à vouloir régner par la frime et l’arrogance. Il veut juste nous montrer qu’il a la plus grosse (coupole, ndlr.)”. 

Léopoldine fait de la figuration à “Chérie j’ai rétréci la nuit”.

Autre départ, autre côté de la Terre. Mathieu, chargé de communication (qui, il faut le noter, continue de fournir un travail remarquable pour Alcor malgré son absence), passe trois mois en Inde. Son entourage ne le décrit pas comme particulièrement aventurier, il est donc tout naturel pour la rédaction de s’interroger sur les raisons qui l’ont poussé à partir affronter chiens errants, maladies tropicales et le Soleil ardent de ses latitudes septentrionales. “Les intégrales, j’adore ça, dans vingt-trente ans y en n’aura plus” nous confie-t-il. Si en effet il passe officiellement ses journées à des calculs abscons, la référence à l’acteur Belge peine à convaincre. Nos soupçons se sont révélés fondés, puisque Médialcor a réussi à se procurer plusieurs clichés pris par le chargé de communication. Ces photographies le montrent très proches de ce que les zoologistes reconnaîtront comme des macaques à bonnet – macaca radiata pour les latinistes – espèce de singe endémique du sud de l’Inde, et de vaches – bos taurus, toujours pour les latinistes, ce qui finit en steak haché, pour les Parisiens. Doit-on s’attendre à l’arrivée d’une nouvelle mascotte ? À un partenariat international ? Qui est à l’origine des probables tractations ? Le chargé de com’ prend-il soudainement parti pour l’une ou l’autre des mascottes, ou agit-il de son propre chef, ajoutant du remugle à ce déjà joyeux capharnaüm ? Il n’a pas souhaité répondre plus avant à nos questions sur le sujet, le mystère reste donc entier.

Bon, ALCOR peut survivre sans trésorier et chargé de communication, mais l’association s’est retrouvée pendant quelques temps décapitée de sa présidence, le président s’en étant allé à Édimbourg et sa vice du côté de Genève. Qu’en est-il de ceux et celles resté.e.s au bercail, bien au chaud sous la coupole ? Peuvent-ils tenir l’association sans la supervision des grands chef.fe.s à plumes ? “On laisse les p’tits jeunes livrés à eux-même, ça les fera gagner en autonomie” nous déclare le président (qui ne parle pas en écriture inclusive, pas si woke finalement). Ont-iels déambulé sans but comme une poule sans tête ? Nous laisserons les membres en juger, mais le fait est que ces absences semblent assez factices. L’Écosse est à portée de kérosène (pollueur en plus…), la Suisse de TGV, et la présidence ne s’est pas gênée pour venir vérifier le temps d’un week-end que les vaches étaient bien gardées. Médialcor sait également de sources sûres que de nombreuses réunions se sont tenues entre le président et sa vice. Officiellement, c’était pour jouer à Minecraft, mais si la véritable nature des discussions reste secrète, elles concernaient à n’en pas douter l’avenir de l’association. Un membre du bureau souhaitant rester anonyme nous confie en ce sens que “ces deux là ne décrochent jamais, ils ne vivent que pour le pouvoir”.

“Nous adorons notre président, vos sous-entendus sont insultants. Vive le grand Hugo !”

Une encadrante coupole anonyme.

Derrière un apparent détachement, la mainmise despotique de la présidence reste donc forte. Dans quelle mesure les membres du bureau resté.e.s sur Orsay souffrent-iels de cette oppression ? D’après les photos obtenues dans notre enquête, l’insouciance est de mise. Alors heureux les ignorants ? Est-ce de la naïveté, de l’innocence ? Ou alors est-ce une façade, un instinct de survie par peur des représailles ? Après nos sollicitations, les intéressé.e.s font mine de ne pas comprendre. “Nous adorons notre président, vos sous-entendus sont insultants. Vive le grand Hugo !” annonce une encadrante coupole, vaguement outrée.

Ou alors tout ça n’est qu’un froid calcul de leur part, iels ne font qu’attendre leur heure en regardant la présidence se déchier. En effet, des sources proches du bureau nous indiquent qu’il y aurait de l’eau dans le gaz dans le duo totalitaire. Au fond de l’affaire, des dissensions chez les pro-Schröd, chacun accusant l’autre de “ne pas être un vrai Schrödien”. A la rédaction, personne ne connait exactement la différence entre le bon Schrödien et le mauvais Schrödien (non, nous ne feront pas la blague), mais toujours est-il que cela crée un climat de tension chez les partisans du pingouin, avec, en point d’orgue, la menace d’une scission consommée par un putsch en préparation. Tendez l’oreille en observation, vous pourriez peut-être entendre certain.e.s donner du “Madame la Présidente” à Clara, qui n’est que vice-prez, et quelques messages équivoques que nous avons pu nous procurer laissent penser qu’un coup d’Etat se préparerait dans le dos d’un président occupé à ses études.

De très lourds sous-entendus de la part de la vice-présidente, quand Hugo regarde ailleurs.

Enfin bref, sous l’apparente tranquillité de la période estivale se sont tramés moultes probables rebondissements, magouilles et traquenards, dont nous ne connaîtront les aboutissants qu’en nous armant de patience. Affaire(s) à suivre…

Tags:

Comments are closed

À propos d’ALCOR…
ALCOR, ou Astronomie et Lumières du Campus d’ORsay, est une association ouverte à tous qui regroupe principalement des étudiants venus de différents horizons et propose des activités ayant pour objectif la diffusion populaire de l’astronomie auprès de tous ceux qui s’y intéressent.